AUJOURD’HUI

Les chiffres de l’accueil…

Au 30 juin, 70 personnes ont été accueillies au mas. 58 personnes hébergées : 35 dans le « lieu à vivre » (dont 5 en ACI, 1.493 h), 15 dans la « pension de famille » et 8 dans le cadre de l’urgence (soit, au total,). 12 ont participé au chantier d’insertion (7.911 h).

24 personnes relevaient du RSA, 23 touchaient une Allocation Adulte Handicapé, 11 avaient une pension ou une retraite, 4 de l’allocation spécifique de solidarité.

6.386 repas ont été servis (921 en plus par rapport à 2016)

 

… vos dons et nos activités

Au 3 juin, la totalité de vos dons s’élevait à 60.517 € (soit 11,4% des recettes). Cotisations : 4.260 €) ; ventes : 58.883 € (11,1% des recettes) ; participation des résidents : 18.908 € ; pension de famille : 12.278 €. En tout cela représente 29,1 % des recettes globales de la maison.

Le dirons-nous assez ? Merci et gratitude à vous tou(te)s qui nous permettez ainsi (entre vos dons et vos achats) de traverser crises et modes, pour nous donner un peu d’indépendance dans la poursuite et la mise en œuvre de nos intuitions d’accueil.

Bienvenue à celles et ceux qui voudront se joindre à ces offreurs de liberté !

Print Friendly, PDF & Email

O.A.C.A.S. Organisme d’Accueil Communautaire et d’Activités Solidaires

O.A.C.A.S. Organisme d’Accueil Communautaire et d’Activités Solidaires

Loi n° 2008-149, du 1 décembre 2008

Décret d’application n° 2009, du 14 juillet 2009

 SOMMAIRE GENERAL

Une nouvelle entité juridique                                                                    p.  3

Décret 2009-863 du 14 juillet 2009 (OACAS)                                 p.  5

Demande d’agrément des LAV  par UILV                                            p. 10

Instruction de la demande par la DGCS                                                p. 54

Deux interventions à la séance du CNLE du 18.05.2017              p. 77

L’avis du CNLE (sur la demande formulée par UILV)                        p. 83

Subvention UILV                                                                                                 p. 85

Projet de convention et annexes                                                               p. 86

Une entité juridique nouvelle :

les Organismes d’Accueil Communautaire et  d’Activités Solidaires

 (OACAS) [1]

La vie communautaire, l’activité et la solidarité sont les 3 valeurs cardinales inscrites au cœur de notre projet. Cette approche, en rupture avec les logiques d’assistanat, permet aux personnes accueillies de reprendre la maîtrise de leur existence et de redonner un sens à leur vie. Aujourd’hui le statut des OACAS reconnaît officiellement l’alternative qu’offrent la proposition d’accueil du Mas de Carles et des « lieux à vivre » réunis au sein de l’Union Interrégionale des Lieux à Vivre (UILV).

Pour lire ou télécharger le document entier, cliquez ici – OACAS

Print Friendly, PDF & Email

AUJOURD’HUI

Les chiffres de l’accueil…

 

Au 31 mars 2017,

49 personnes ont été hébergées au mas : 31 dans le lieu à vivre (2.525 journées d’accueil), 13 au sein de la pension de famille (973 journées) et 5 en accueil immédiat -ex-urgence- (266 nuits) ;

17 personnes (3 femmes et 14 hommes) ont participé aux activités d’insertion : 12 dans le cadre du chantier (3.655 heures) et 5 en Activités Collectives d’Insertion (703 heures).

24 personnes relevaient du RSA, 15 de l’Allocation Adulte Handicapé, 11 d’une retraite et 3 de l’allocation spécifique de solidarité.

6.172 repas ont été servis (400 de plus qu’au premier trimestre 2016).

 

… de vos dons et de nos activités

 

Pour ce premier trimestre vos dons ont représenté 10,9% des recettes (24.473 €). Si l’on ajoute les ventes des produits maisons (5,5%), la participation des résidents (4,1%) et les adhésions à l’association (0,4%) cela représente au total 21% des recettes du trimestre.

 

Le dirons-nous assez ? Merci et gratitude à vous tou(te)s qui nous permettez ainsi (entre vos dons et vos achats) de traverser crises et modes, pour nous donner un peu d’indépendance dans la poursuite de la mise en œuvre de nos intuitions d’accueil.

Peut-être d’autres voudront se joindre à ces offreurs de liberté. Qu’ils soient les bienvenus !

Print Friendly, PDF & Email

AUJOURD’HUI

Les chiffres de l’accueil…

Au 31 décembre 2016, 92 personnes différentes ont été accueillies au mas : 65 dans le cadre de l’hébergement (55 « lieu à vivre » pour 14.589 journées et 11 en urgence, pour 424 nuits) ; 27 dans le cadre d’une action d’insertion (18 pour le chantier pour 16.269h – 9 pour l’ACI pour 4.093h).

34 personnes relevaient du RSA, 15 d’une Allocation Adulte Handicapé, 13 d’une retraite, 7 de l’Allocation Spécifique de Solidarité.

23.961 repas ont été servis.

… et de vos dons

Au total vos dons ont représenté

Avec vos adhésions, les ventes et la participation des résidents, les revenus maisons se sont élevés à 404.059 €, soit 31,5% des recettes (13,6% pour vos dons, 11,2% pour la vente des produits fermiers, 6% pour la participation des résidents)

Le dirons-nous assez ? Merci et gratitude à vous tou(te)s qui nous permettez ainsi de traverser la crise et nous donnez un peu d’indépendance pour poursuivre la mise en œuvre de nos intuitions d’accueil.

Print Friendly, PDF & Email

AUJOURD’HUI

Les chiffres de l’accueil…

Au 30 septembre, 69 personnes différentes ont été accueillies au mas, pour 82 actions.

53 ont été hébergées (45 dans le « lieu à vivre » pour 10.661 journées et 8 en urgence pour 111 journées) ; 26 ont bénéficié d’un accompagnement d’insertion (9 en ACI pour 3.120 h et 17 sur le chantier pour 11.830 h). 33 personnes relevaient du RSA, 10 de l’AAH, 12 touchaient une pension.

17.307  repas ont été servis.

… et de vos dons

Vos dons ont représenté 11,6% de nos recettes. Si on y ajoute le produit de nos ventes (11,1%) la participation des résidents (6,2%). Au total, c’est 28,9% de nos recettes.

Un immense merci à tou(te)s qui nous permettez ainsi de traverser la crise et nous donnez une peu d’indépendance pour poursuivre la mise en œuvre de nos intuitions d’accueil.

Print Friendly, PDF & Email

AUJOURD’HUI

Les chiffres de l’accueil…

Au 30 juin, le mas a accueilli 61 personnes différentes pour 74 actions.

Hébergement : 44 ont été hébergées dans le lieu à vivre ou la pension de famille (6899 journées), 6 autres ont été accueillies en « hébergement immédiat » (91 journées).

Insertion : 21 personnes ont relevé d’une action d’insertion. 12 en CDDI sur le chantier (8112 h) et 9 en ACI (1968 h).

Revenus : 27 personnes relevaient du RSA, 12 d’une allocation handicapée, 10étaient détenteurs d’une petite retraite.

11.637 repas ont été servis au cours de ce premier semestre.

… et de vos dons

Dons et cotisations ont représentés 12,1% des recettes de la maison. A ce chiffre s’ajoutent les revenus de nos ventes et l’autoconsommation (9,4%) et la participation des résidents (6,3%), cela a représenté 27% de financement autonome (soit 168.000 € de recettes sur les 602.000 de ce premier semestre.

Un immense merci à tou(te)s qui nous permettez ainsi de traverser la crise et nous donnez une peu d’indépendance pour poursuivre la mise en œuvre de nos intuitions d’accueil.

Print Friendly, PDF & Email

Lettre 81

Cliquez pour lire l’intégralité de la Lettre81

EDITORIAL

Xénophobie, homophobie, insécurité, islamisme, terrorisme : de plus en plus, la culture de la peur élargit le domaine de son emprise sur les âmes.

Et cela commence tôt. Peur de n’être pas suffisamment ressemblant aux autres. Peur que la différence de l’autre ne soit une menace pour moi. Peur cultivée par quelques-uns du « grand remplacement ». Et peur de la peur mise en scène pour appâter le chaland, l’électeur, l’acheteur… Règne des lobbies en tous genres pour l’alimenter sans cesse. Et des populismes qui réduisent à rien l’intelligence et le courage pour assoir leurs refus.

Peurs donc. Et acquiescements aux discours qui promeuvent ces peurs : contre les musulmans qui veulent prendre notre place ; contre les gays qui menacent l’ordre immémorial familial ; contre les pauvres soupçonnés de piller la banque de la solidarité nationale, quand ils feraient mieux de trouver l’introuvable : un travail. A défaut, passer leurs jours à en chercher ; contre les migrants (victimes de guerres, de la faim, du changement climatique) qui pourraient troubler nos certitudes, mais dont la fuite éperdue (pour 65 millions d’entre eux) et la mort par centaines et milliers n’altère ni notre sommeil, ni notre sens des affaires : « Ce sont vos vacances. Pourquoi les partager ? » propose une publicité récente. L’indignité n’est pas toujours où l’on croit.

Comme un air de recul ! Comme un déni d’humanité ! Comme si nous avions oublié qu’il y a moins d’un siècle italiens, espagnols, français avaient connu des sorts identiques pour les mêmes raisons (guerres). Et que le salut n’était venu que de la solidarité offerte par beaucoup contre l’injustifié. Comme si la menace principale n’était précisément pas dans ce refus de solidarité.

Comme si la recherche de « l’union dans la différence » (Michel de Certeau) n’avait plus sa place dans un monde gouverné par le seul désir d’imposer son identité au mépris de celle des autres ; sa sécurité dans le déni de celle des autres. Mais quelles caméras de surveillance pourraient offrir la paix d’une reconnaissance mutuelle, voulue et recherchée ? Il semblerait que la peur de vivre ensemble si savamment exploitée dépasse de loin, ces temps-ci, l’avenir et la fécondité de nos compagnonnages. Désastre !

Ne nous y trompons pas. La logique des petits marquis qui enferme les autres dans la peur, la logique marchande néo-libérale ou la soumission à leur « ego » disproportionné est partout à l’œuvre. A Carles comme ailleurs. Et le combat n’est pas moins rude ici qu’ailleurs. Petits arrangements paranoïaques aidant.

Par-delà nos marchandages et les petits calculs de nos égoïsmes à courte vue, c’est peut-être le moment de nous redire les mots de F.D. Roosevelt (1882-1945) : « La seule chose que nous ayons à craindre est la crainte elle-même. » Ce que Frédéric Lenoir disait à sa manière : « Quand notre cœur est dans l’amour, il n’y a plus aucune peur… » Ne nous reste alors qu’à « redécouvrir que nous ne sommes qu’une parcelle de cette vie qui anime tout ce qui est. » [1] Nul d’entre nous ne devrait accepter de faire le deuil de cette petite certitude têtue. Heureusement les vacances sont là pour nous donner le temps de méditer cette invitation.

Olivier Pety

Président de l’association Mas de Carles

[1] Frédéric Lenoir, Cœur de cristal.

Print Friendly, PDF & Email