Les premiers pas de I’Eglise

Auteur: B. Lorenzato et O. Pety
Editeur: LaThune 1998-2000
Prix: 20 € le tome
Tome I et Tome II

 Jérusalem, Antioche, Asie Mineure Rome

Premiers pas de l'Eglise-RCe livre se veut être un guide simple, un parcours clairement balisé à travers les premiers développements de la vie chrétienne des origines à 250. Une manière de rendre compte des «premiers pas ››, de la construction et de la vie des communautés qui dessineront l’Eg|ise. Il sera, aussi, l’occasion d’esquisser, à nouveau, quelques-unes des grandes figures qui ont incarné ces commencements.

C’est une simple invitation à faire le voyage géographique et archéologique à travers les principales villes de la chrétienté naissante de l’époque : Jérusalem, Antioche, l’Asie Mineure et Rome. Invitation aussi, à faire, avec les fondateurs, le voyage intérieur qui, de crise en crise, va vers la découverte de Celui qui, au cœur de |’humanité, dépasse et nourrit sa propre identité : le Dieu de toutes les espérances et de toutes les langues.

Pour compléter ce panorama, un second tome invitera à la re-découverte d’Eg|ises en expansion, comme Alexandrie, Carthage ou les Eglises des Gaules.

Bernard Lorenzato est prêtre du diocèse de Marseille. Après avoir été vicaire, curé, responsable diocésain de la catéchèse et de la formation permanente, il est présentement vicaire général de son diocèse et chargé de la communication.

Olivier PETY est prêtre du .diocèse d’Avignon. Il a été vicaire, curé, responsable diocésain de la Catéchèse et du catéchuménat des adultes. Il est, aujourd’hui, délégué diocésain à la Pastorale des migrants et responsable d’un centre d’accueil pour des personnes sans domicile fixe et en grande difficulté.

Quand la misère chasse la pauvreté

Auteur: Majid Rahnema
Editeur: Fayard/Actes Sud
Prix: 24 €
« …le pauvre est-il ce caïman « fait de la merde du diable » (Roman de renard) ou le bienheureux infortuné qui trouve dans la mort l’ultime récompense : être invité à la table de Dieu ? Qu’il soit l’un ou l’autre, doit-il être abandonné à son sort ou bien secouru ? Est-il possible de l’aider et comment, dans un monde où l’aide se transforme souvent en menace et ne sert trop souvent que son initiateur ? Enfin comment expliquer l’accroissement du nombre d’hommes et de femmes traqués par la misère (…) alors même que ne cessent de se multiplier les grands projets d’aide aux pauvres… »