La vie selon le Christ chez les Pères Apostoliques

LA VIE SELON LE CHRIST CHEZ LES PÈRES APOSTOLIQUE

Le « socle » de la mort et de la résurrection du Christ, l’Église surgit comme la Révélation de la Parole d’amour du Père pour l’humanité. C’est cette certitude qu’elle est invitée à faire rayon-ner. Les Pères Apostoliques ont été des catéchistes et ont initié la liturgie : Clément de Rome, Ignace d’Antioche, Polycarpe de Smyrne, Barnabé, Hermas… On retrouvera ici aussi de grands textes fondateurs du Ile siècle : la doctrine des douze Apôtres, les odes de Salomon, les lettres de Pline le Jeune, l’Épître à Diognète. Puisse ce livre permettre de prendre du temps pour se tenir devant Dieu avec les mots, les attitudes, les choix de nos premiers ancêtres dans la foi. Puisant dans le trésor de nos devanciers, peut-être nous sentirons-nous plus armés pour vivre et prier l’Évangile. Épurant et critiquant nos représentations actuelles, elles nous amènent à assumer une rencontre plus offerte à L’inconnu du Dieu qui vient.

Olivier Pety est prêtre pour le diocèse d’Avignon : il préside depuis de nombreuses années l’association « Mas de Caries » (à Villeneuve Lès Avignon), une association d’accueil, d’hébergement et de réinsertion pour des personnes sans domicile et en grande difficulté.
Bernard Lorenzato est prêtre à Marseille. Ancien vicaire général du diocèse, il anime régulièrement communautés et groupes autour de la découverte des Pères de l’Église.

Print Friendly, PDF & Email

Les murs les plus puissants tombent par leurs fissures

« De plus en plus rares sont les critiques virulents du capitalisme et du libéralisme contemporains. Leur voix n’est pas éteinte, mais elle est muselée, sinon discréditée, au moins contestée par la suprématie de ce double modèle idéologique. » Un modèle mortifère qui vise, par l’élimination des plus faibles, à garantir « la prospérité des plus aisés, des mieux nés » et vide les Etats de tout moteur d’espérance. Devant cette impasse, Jean Ziegler rappelle l’impératif catégorique de Kant : « L’inhumanité infligée à un autre détruit l’humanité en moi. »Ce n’est pas pour rien que l’auteur a ouvert son interview par les mots de Bertolt Brecht : « Souciez-vous, en quittant ce monde, non d’avoir été bon, cela ne suffit pas, mais de quitter un monde bon.»

Auteur: Jean Ziegler
Editeur: Ed. de l’aube, 2018
Prix: 9,90 €

 

Print Friendly, PDF & Email

La fin de l’hospitalité

Nous avons déjà évoqué ici le philosophe Guillaume Le Blanc. Avec Fabienne Brugère (autre philosophe) tous deux s’interrogent sur l’hospitalité et son apparente dissolution dans nos protections individuelles. De l’Antiquité à aujourd’hui (avec ses camps de Lampedusa, Lesbos, Calais) ils refont le chemin qui nous mène à la rencontre et à l’accueil de l’autre, sous le regard des Anciens jusqu’à Derrida et sous l’œil d’un Kant : « La terre étant sphérique, les hommes ne peuvent pas s’y disperser à l’infini, mais ils doivent finalement supporter la promiscuité, personne n’ayant originellement plus de droit qu’un autre à être à un endroit de la terre. »

Auteur: Guillaume Le Blanc, Fabienne Brugère
Editeur: Flammarion, 2017
Prix: 18 €

 

Print Friendly, PDF & Email

Frères migrants

Connaissez-vous Patrick Chamoiseau ? Prix Goncourt pour son roman Texaco, en 1992. Inspiré par les travaux d’Édouard Glissant (1928-2011), Patrick Chamoiseau s’intéresse de près à la culture créole et participe à la création du manifeste de la créolité avec Jean Bernabé et Raphaël Confiant. Il cherche à développer le concept de mondialité, en vue de traduire, d’un point de vue politique et poétique, une nouvelle conception du monde qui serait fondée sur l’ouverture des cultures, la protection des imaginaires des peuples, lesquels disparaissent lentement sous l’action uniformisatrice de la mondialisation.

Auteur: Patrick Chamoiseau
Editeur: éditions du Seuil, 2017
Prix: 12 €

Son dernier roman est un véritable plaidoyer pour la solidarité et l’accueil.

Print Friendly, PDF & Email

L’intranquillité

« Aux tranquillisants je préfère les intranquilles… Et si vous êtes d’un naturel serein et posé, je ne voudrais en aucun cas introduire ce petit caillou dans vos âmes tranquilles. Quoique. Peut-être que je vous souhaite d’être un peu dérangés. Tout du moins, je vous souhaite le petit inconfort, la point d’impatience, le frémissement qu’il faut pour reprendre la route millénaire qui étire la pâte et la révèle à elle-même. »

Marion Muller-Colard nous invite sur ses chemins incertains dont elle sait si bien extraire l’essentiel qui fait vivre dans ce tout petit livre (par la taille). « Alors puise… Ecarte de toi les vains conseils de ceux qui ignorent le risque et se parlent à eux-mêmes. Bois à la source de ton courage. Puise… Ne t’épuise pas à croire en quelques solutions. Garde ta soif intacte, elle te relèvera. » (p. 41).

Auteur: Marion Muller-Colard
Editeur: Bayard en 2016
Prix: 14 €

 

Print Friendly, PDF & Email

Les Cahiers du Mas de Carles n° 11

Le dernier né : n° 11 : « Et puis ce fut le printemps : atelier d’écriture », mars 2017, Cardère l’Ephémère, 10 €.

L’atelier d’écriture…
Un rendez-vous qui a trouvé son rythme au fil des saisons entre 2015 et 2016.
Un espace créatif qui a rassemblé des résidents, des bénévoles et des salariés du Mas de Carles; c’est-à-dire les trois composantes du projet associatif.
L’objectif était d’écrire ensemble, chacun à partir de son expérience, de sa situation et de son mode d’implication dans le projet commun.
Écrire pour soi et pour les autres dans une simple démarche d’expression personnelle et collective.

Print Friendly, PDF & Email

Quelle terreur en nous ne veut pas finir

Oui, deux citations déjà dans ces pages. C’est un tout petit livre, à peine cent pages, dans un format 11×16. Minuscule pour le format, mais étrangement fort et bellement rédigé dans le fond. En ces temps troublés où la rencontre de l’autre paraît un danger maximum, j’ai lu et relu ces lignes dont le souffle vient nourrir la certitude centrale : « On ne fonde pas une communauté sur la suspicion d’autrui. Et la simple idée qu’une identité forte et assumée, bien distincte, serait la mieux à même de nous permettre l’accueil, c’est alors supprimer purement et simplement le risque, l’ébranlement, l’inquiétude sans lesquels nulle éthique ne se découvre. »

Auteur: Frédéric Boyer
Editeur: P.O.L, 2015
Prix: 9 €

 

Print Friendly, PDF & Email

Le complexe d’Elie : politique et spiritualité

Marion Muller-Colard nous abreuve de bonnes choses. Dans un petit livre publié chez Labor et Fides, voilà qu’elle nous propose Le complexe d’Elie : politique et spiritualité (16€). Reprenant la plainte du prophète Elie « je ne vaux pas mieux que mes pères » (1R19,4), l’auteure nous invite à vivre pleinement, par-delà nos doutes et nos hésitations, la dimension politique de nos vies. Un voyage initiatique qui se termine sous le signe de Jacques Ellul (autre protestant magnifique) : « Il est impossible dans la vie chrétienne de dissocier une vie privée et une vie publique… Nous ne pouvons pas nous désintéresser du monde dans lequel nous sommes placés et dont nous sommes responsables devant Dieu, ainsi que des hommes au milieu desquels nous vivons ». A lire absolument en ces périodes d’élections

Auteur: Marion Muller-Colard
Editeur: Labor et Fides (16€)
Print Friendly, PDF & Email

Je ne pense plus voyager

D’une radicalité à l’autre. Voici un petit livre signé François Sureau, racontant l’itinéraire de Charles de Foucauld (1858-1916). Itinéraire d’un homme engagé dans un compagnonnage long avec des tribus d’Afrique du Nord que tous, autour de lui, considéraient comme des ennemis. Lui, prendra tout son temps pour recueillir poèmes et mots de leur langue : c’est par là que commence la reconnaissance de l’autre. Itinéraire d’un homme totalement donné à l’évangile, « compagnon de ce Dieu longtemps caché » à Nazareth, mais que l’institution aura du mal à reconnaître comme exemple de foi. La soif de la pauvreté l’emportera sur tout autre sentiment : « Nous sommes pauvres pour des riches, mais pas pauvres comme l’était Notre Seigneur, mais pas pauvres comme je l’étais au Maroc, mais pas pauvres comme saint François… »

Auteur: Jean Viard,
Editeur: NRF / Gallimard, 2016
Print Friendly, PDF & Email