Archives de catégorie : Lectures recommandées

L’AGROÉCOLOGIE : une éthique de vie

Auteur: Pierre RABHI
Editeur: Actes Sud (7,60€)

Un petit livre de Pierre Rabhi, pourrait guider une part de notre réflexion ce trimestre. « C’est en nous reconnectant à la terre qui nous nourrit, en prenant le temps de comprendre le miracle qui transforme une graine en de multiples fruits que nous trouverons les ressources nécessaires pour construire une société véritablement intelligente et pérenne. » Une bonne mise en lumière de notre relation entre l’être humain et la nature.

Les inaudibles

Auteur: Céline Braconnier et Nonna Mayer
Editeur: Sciences PO Les Presses, mars 2015

A partir d’une enquête réalisée lors de l’élection de 2012 qui cherchait à mesurer l’impact de la précarité sur les rapports des individus au politique, à partir d’entretien réalisés dans des centres d’accueil de jour ou de distribution alimentaire. Ce livre raconte la fuite en avant dans l’individualisme et la débrouille : être pauvre n’est pas simple dans notre monde où les comportements solidaires sont plutôt rares.

Deux éléments sont soulignées par les auteures concernant la population interrogée : « tous ont un point commun : chaque jour est un combat » ; et « ce qui nous a frappées, c’est la proportion de gens tombés dans la précarité et qui avaient avant une vie tout à fait « normale ».

Droits devant, Jean-Claude Amara

Auteurs: Jean-Claude Amara
Editeur:  Jean-Claude Gawsewitch éditeur, 2011
Prix: 18,50€

Dans la série des témoins et des acteurs de la lutte contre les exclusions (sans-logement, sans-papiers, etc.) Jean-Claude Amara est une de ces figures de terrain, discrètes et efficaces, tout entières tournées vers la construction d’un meilleur pour les moins chanceux de notre société. Co-fondateur de l’association Droits devant (qui donne son titre à ce livre) dont Albert Jacquard précise la philosophie : « Avancer « droit devant » c’est l’attitude qui caractérise la personne ayant défini un objectif et faisant le nécessaire pour l’atteindre sans détour. » Peut-être, au fil de cette lecture, trouverons-nous à nourrir notre part d’engagement.

 

Notre foi en l’humain, Maurice Bellet

Auteur : Maurice Bellet
Editeur : Bayard, 2014
Prix : 13

Un tout petit livre (petit format, 85 pages), mais fort :

« Cette foi est relation et cette relation n’est réelle que si elle est actuelle, non par une image mais par une présence ; et c’est la présence de l’autre humain mon proche. Croire en lui, c’est percevoir en autrui qu’il y a en lui ce qui me permet de quitter en moi la violence », écrit-il, entre autre, p. 62. A lire et à méditer sans modération en nos temps où la présence de l’autre et de l’étranger suscite tant de méfiance et de refus, tant de manière privée qu’institutionnelle, simplement pour « que l’être humain soit joie pour son semblable, parce qu’il est digne d’être aimé » (p.47). Le même avait déjà écrit, quelques années auparavant : « Qu’est-ce qui nous reste ? Qu’est-ce qui reste quand il ne reste rien ? Ceci : que nous soyons humains envers les humains, qu’entre nous demeure l’entre-nous qui nous fait hommes. Car si cela venait à manquer, nous tomberions dans l’abîme… »[1]

[1] Maurice Bellet, Incipit ou le commencement, DDB, 1992, p. 8.

Poésies, 1946-1967, de Philippe Jaccottet

UN LIVRE

Une fois n`est pas coutume. Je vous invite à parcourir un grand petit livre de Philippe Jaccottet, Poésies, 1946-1967, édité par NRF l Gallimard. Pour moi, ce fut une très belle rencontre. Je vous souhaite la même : « La lumière est bâtie sur un abîme, elle est tremblante, hâtons-nous donc de demeurer dans ce vibrant séjour, car elle s’enténèbre de poussière en peu de jours ou bien elle se brise et tout à coup nous ensanglante. ››

Les riches font-ils le bonheur de tous ?

 

Auteur : Zygmunt Bauman
Editeur : Armand Colin, 2014
Prix : 12,50€.

Zygmunt Bauman est un chercheur, sociologue. Dans un petit livre (126 pages), il appelle ses contemporains à réfléchir. Pour comprendre « comment consommation frénétique, compétition et rivalité ont anesthésié tout ce qui attache les hommes à la démocratie, à la coopération amicale, la mutualité, le partage, la reconnaissance réciproque, la confiance –et qui ne peut être compensé par la seule croyance que le chemin du bonheur passe par les magasins. »

 

D’où viens-tu Gitan – où vas-tu ?

Auteur: Marie CANNIZZO
Editeur: Pages Nouvelles

Gitan-R
Marie CANNIZZO, que j’ai eu le plaisir de rencontrer très souvent lors du grand rassemblement annuel des Gens du Voyage aux Saintes-Maries de la Mer, a été institutrice dans la région Avignonnaise. Dans son école, les enfants gitans étaient nombreux ; mais leur instruction n’était pas tâche facile ; elle exigeait beaucoup de compétence, de patience et d’amitié. Les rapports chaleureux que l’institutrice entretenait avec ses élèves, comme avec leurs parents, lui permettent aujourd’hui de nous faire profiter de ses expériences et de ses réflexions.

Elle a compris aussi qu’une approche scientifique plus générale (historique, juridique, sociale) est indispensable pour mieux connaître le monde tzigane,pour dissiper les préjugés plusieurs fois centenaires, et encore tenaces aujourd’hui, dont il a été trop souvent la victime, pour comprendre ses besoins et ses aspirations.

Lectures et contacts personnels avec les gitans : Marie Cannizzo en a exposé l’essentiel dans un mémoire qu’elle a soutenu avec un grand succès, mais qui ne pouvait atteindre qu’un public trop restreint. Sous une forme nouvelle, il mérite une large diffusion. Marie Cannizzo a fait œuvre salutaire.

Je souhaite beaucoup de bonne chance à cet ouvrage. Dans la langue romani : Te avel baxtalo latcho lil”

François de VAUX de FOLETIER


“Cette étude a mérité toute mon attention et mon admiration parce que j’y ai trouvé, enrichies par une illustration de grande qualité, une excellente connaissance de l’histoire et de la situation actuelle des “Gens du Voyage”, une réflexion lucide mais chaleureuse sur leur devenir ; peut-être l’ébauche d’un appel pour la sauvegarde et la promotion de leur patrimoine culturel …”

M. TALERCIO

Inspecteur départemental

de l’Education Nationale  


Marie CANNIZZO

Elève de l’Ecole Normale d’Institutrices à Nîmes, Marie Cannizzo enseigne à Villeneuve-lès-Avignon dans les années 1970, puis en Avignon. Elle côtoie les Tziganes depuis 15 ans et a recueilli auprès d’eux ce qui a fait et constitue leur existence quotidienne. Elle enseigne actuellement dans la région Lyonnaise.

En finir avec les idées fausses propagées par l’extrême droite

 

Auteur : Pierre-Yves Bulteau (auteur de Poussière d’âme, premier roman)
Editeur : Editions de l’Atelier
Prix : 5€

« Dans une France et une Europe traversées par une crise sociale et économique aigüe, l’extrême droite et son parti en France, le Front National, sont de plus en plus compris comme un parti de protestation contre l’iniquité sociale qui serait capable de réaliser une partie des promesses non tenues par les gouvernements successifs. De plus en plus de citoyens s’interrogent sur ces propositions… » Pierre-Yves Bulteau (auteur de Poussière d’âme, premier roman) publie à cet effet un opuscule aux Editions de l’Atelier, En finir avec les idées fausses propagées par l’extrême droite, 5€.

Quatre parties sont proposées. Premier chapitre : les étrangers sont coupables– Deuxième chapitre : c’est la faute du système– Troisième chapitre : la France aux Français– Quatrième chapitre : les fausses solutions.

Bonne lecture !

Transformer l’action sociale avec les associations

 

Auteurs: Roland Janvier, Michel Jézéquel et Jean Lavoué signent ensemble un livre assez solide :
Editeur: DDB, 2013
Prix: 20 €

Les auteurs invitent les associations à « occuper une posture alternative pour mobiliser des solidarités renouvelées, fondée sur une autre conception du social, refusant l’exclusivité marchande comme ultime régulation… Entreprendre autrement plutôt que de laisser faire la concentration de quelques gros opérateurs adossés aux administrations dont ils ne seront que le miroir docile… »

A lire pour rafraîchir nos pensées et nos pratiques.

Signalons que Jean Lavoué est en outre un commentateur avisé de Jean Sulivan et autour de quelques livres plus spirituels (La voie libre de l’intériorité, Salvatore, 2012 ou L’Evangile de Liberté, Le Passeur éditeur, 2013)

Les pauvres nous exèdent

 

Auteur: Philippe Demeestère
Editeur: Bayard, 2012
Prix: 16 €

« Fais seulement que les pauvres redeviennent des pauvres. Car ils ne le sont pas. Ne sont que les non-riches, sans vouloir et sans univers ; marqués du sceau des angoisses suprêmes, partout effeuillés et défigurés. »

C’est sur cette citation de Rainer Maria Rilke que s’ouvre ce petit livre du jésuite Philippe Demeestère, Les pauvres nous exèdent, Bayard, 2012, 16€. Il raconte l’histoire au quotidien d’une association, La Margelle. Et par delà cette histoire en commun avec eux, la réalité de notre étrangeté réciproque ponctuée par ce constat : « nous sommes demeurés imperméable les uns aux autres. Imperméables comme est imperméable à l’eau de mer –quand bien même serait-il trempé jusqu’aux eaux- le navigateur qui se hasarde du côté de ses parallèles que l’on dit rugissants, hurlants. » Invitation à « demeurer apte à juger les limites des invitations que nous adressons » au pauvre. Jeter des pierres dans le marais sans savoir si un passage ne finira pas par en surgir !