DITS

« La pauvrophobie : ce mot inventé par ATD Quart Monde désigne une réalité qui n’avait pas de nom jusqu’alors : la discrimination pour précarité sociale, désormais sanctionnée par une loi pour laquelle le mouvement s’est battu. Pour entrer dans le dictionnaire, il doit passer dans le langage courant. Aussi, n’hésitez pas à l’employer, à l’oral, à l’écrit, sur les réseaux sociaux. »

Le journal d’ATD Quart Monde, Février 2018.


« Pour Jacques Toubon, le plan du gouvernement est “décevantcar “il n’a pas envisagé ce qui est indispensable, c’est à dire la mise en place d’un certain nombre de plateformes, de centres, d’accueil, d’information et d’orientation”. Ces centres et plateformes sont, selon lui,“la seule façon”de fournir aux “personnes qui arrivent en France leurs droits fondamentaux de mise à l’abri, de sécurité, d’accès à la santé, à la nourriture et à la propreté”. 

Ces “droits fondamentaux doivent être garantis dès l’entrée en France des migrants,a insisté le Défenseur des droits. “C’est une obligation de l’Etat français, comme de tous les autres, car ce sont des droits universels.”

France-Info, 21.07.2017


Sur un trottoir, à l’arrêt du bus, une vieille femme lit un livre en attendant son bus. Sur le trottoir d’en face, à l’arrêt de bus d’en face, un jeune est penché sur son smartphone. Deux mondes qui ne se repèrent pas plus l’un que l’autre tant ils sont occupés à eux-mêmes. Drôle de monde ou chacun, « dans sa langue », ignore l’autre !


« Un jour on se souviendra avec honte qu’en France, au début de XXIesiècle, une démocratie, son Etat, ses gouvernants et ses juges ont criminalisé ce geste élémentaire d’humanité : la solidarité… Il est irréaliste de se barricader, mais il y a pire que cela. Si nous le faisons, nous devenons un univers dangereux. Comme vous le savez, l’Europe n’est pas la première destination des mouvements migratoires dans le monde. Mais depuis 2015, elle est devenue la plus dangereuse. Sur la décennie écoulée, c’est la destination pour laquelle il y a eu 40.000 noyés sans parler des morts sur terre… Nous devenons une destination qui tue non pas des gens qui tuent, mais des personnes qui veulent simplement mieux vivre, vivre dignement. Nous devenons de surcroît indifférents au fait que, par notre attitude nous provoquons ces morts… »

Edwy Plenel, Golias Hebdo n° 517(03. 2018).

Print Friendly, PDF & Email