Nous vivons dans l’oubli de nos métamorphoses

Puisque déjà signalé, invitation à nous plonger dans un tout petit livre de Jean-Claude Ameisen intitulé, Nous vivons dans l’oubli de nos métamorphoses : la mort et la sculpture du vivant, publié aux Annales .ehess.fr.

L’auteur de Sur les épaules de Darwin nous convie à un retour aux sources de la vie et de toute vie : « La trame de continuité de la vie est tissée d’innombrables discontinuités : d’une succession de fins de mondes dont nous sommes, aujourd’hui, avec tous les êtres vivants qui nous entourent, les seuls témoins et les seuls rescapés… » Dans ce texte où dialoguent biologie, poésie et philosophie, Jean-Claude Ameisen explore notre univers foisonnant et nous invite à penser les fondements éthiques de notre humanité : « Pouvons-nous essayer de comprendre le comportement de nos cellules et de nos corps, et tenter de les modifier, si nous ne réalisons pas que ce qui nous fait vieillir et disparaître est peut-être ce qui, en d’autres, avant nous, nous a permis de naître ? » Et de citer Emmanuel Levinas : « Penser le sens de la mort, non pour la rendre inoffensive, ni la justifier, ni promettre la vie éternelle, mais montrer le sens qu’elle confère à l’aventure humaine. »

Print Friendly, PDF & Email